LE DEFICIT FONCIER

 

Première point à connaître, connu de nombreux français depuis tout temps : on peut réduire son impôt sur le revenu avec un simple investissement locatif. C’est le principe du déficit foncier.

Ce mécanisme fiscal simple permet de déduire toutes les charges, supportées en tant que propriétaire-bailleur, des revenus bruts fonciers. Ces revenus dits fonciers -car liés à votre location foncière-, qui sont ainsi défiscalisés via la pondération des charges, puis rajoutés à votre revenu global.

La déduction est soit forfaitaire (abattement de 30%) dans le cadre du régime micro-foncier, soit réelle, en tenant compte de l’ensemble des charges supportées. Le régime réel (communément appelé Foncier) est obligatoire au-dessus de 15.000 euros de revenus fonciers annuels.

Ainsi, dans le régime réel, si les charges sont supérieures à votre revenu brut foncier, la différence négative (hors intérêts d’emprunt) vient diminuer le revenu global imposable dans la limite de 10.700 euros. Au-delà de ce seuil, le déficit foncier (montant négatif) est reporté sur la prochaine année d’imposition et les suivantes si besoin. Au total, le déficit reste imputable sur les revenus fonciers pendant dix ans.

A noter : En régime réel, les travaux sont déductibles et peuvent représenter une grosse charge, notamment sur la première année de l’achat, si des travaux d’amélioration ou de réhabilitation, ont été réalisés.

Rappel important : Les Lois de Finance sont mises à jour chaque année et il y a des spécificités, des règles à connaître pour éviter des erreurs dans l’achat, les travaux ou encore les déclarations de revenus.

Vous guider, vous aider, via nos connaissances et notre expertise vous permettront de réaliser un investissement serein. Contactez un expert Courtier&Prêt!